Tête de transmission

Nous avons déjà mis votre routeur DD-WRT en première vitesse avec la puissance du gestionnaire de paquets Opkg. Il est temps d’installer une transmission et de changer de vitesse. How-To Geek explique comment installer la transmission du client BiTorrent sur DD-WRT.

Image de Nathan E et Aviad Raviv

Si vous ne l’avez pas déjà fait, assurez-vous et consultez les articles précédents de la série:

  • Transformez votre routeur domestique en un routeur ultra-puissant avec DD-WRT
  • Comment installer des logiciels supplémentaires sur votre routeur domestique (DD-WRT)
  • Comment supprimer des publicités avec Pixelserv sur DD-WRT

En supposant que vous connaissez ces sujets, continuez à lire. Gardez à l’esprit que ce guide est un peu plus technique, et les débutants doivent être prudents lors de la modification de leur routeur.

Prélog

Bien que Transmission ne soit pas le seul client BiTorrent pouvant être installé à partir du référentiel OpenWRT OPKG, du fait qu’il s’agit du standard De facto pour toutes les principales distributions Linux (comme Ubuntu et Mint par exemple), il est stable, activement maintenu et très polyvalent. Dans le cadre de sa polyvalence, il peut être contrôlé à distance par un certain nombre de programmes, dont au moins deux Windows et une interface Web.

Dans ce guide, nous allons: Installer Transmission sur le routeur, le charger automatiquement au démarrage du routeur et le faire contrôler à distance sur votre réseau local par une machine Windows et une interface Web.

Prérequis et hypothèses

  • Il est supposé que vous n’avez pas atteint cet article au hasard et que vous avez déjà suivi les procédures décrites dans «Comment installer des logiciels supplémentaires sur votre routeur domestique (DD-WRT)», remplissant les conditions préalables de ce guide dans le processus.
  • C’est fortement recommandé de connecter un disque dur (HD) au routeur, et pour les instructions ci-dessous, il est supposé que vous en avez.
  • On suppose que ladite HD est déjà formatée.
    Remarque: Bien que le partitionnement + le formatage (1, 2) le HD dépasse la portée de ce guide, car DD-WRT à partir de la version 17798, prend en charge tous les systèmes de fichiers courants tels que FAT32 + ext2 / 3 et NTFS, vous ne devriez pas avoir à faites quelque chose de spécial.

Avec cela à l’écart …

Allons craquer

Activer UPnP

UPnP est un mécanisme par lequel les programmes de votre réseau peuvent demander au routeur de leur transférer automatiquement les ports. cela vous dispensera d’ouvrir / de transférer les ports de votre routeur vers le démon de transmission par vous-même.

Pour ce faire, accédez à l’interface Web du routeur:

  • Allez dans «NAT / QoS» – «UPnP».
  • Pour «Service UPnP», sélectionnez le bouton radio «Activer».
  • Sélectionnez éventuellement le bouton radio «Activer» pour «Effacer le port vers l’avant au démarrage».
  • Enregistrer et appliquer les paramètres.

Montez le HardDrive (HD)

Si vous ne l’avez pas déjà fait, montez le disque dur à l’aide de l’interface graphique Web du routeur. Pour ce faire, accédez à l’interface Web du routeur:

  • Sous l’onglet «Services», accédez à l’onglet «USB».
  • Sélectionnez les boutons radio Activer pour «Prise en charge USB de base», «Prise en charge du stockage USB» et «Montage automatique du lecteur».
  • Enregistrer et appliquer les paramètres.

Installation du package

Nous allons installer le paquet démon en le sortant d’un terminal:

mise à jour opkg; opkg install transmission-daemon

Configuration du package

Avec Transmission maintenant installé, exécutez le démon une fois afin qu’il crée le modèle de fichier de paramètres par défaut pour nous. Nous l’exécuterons au premier plan (le drapeau «-f») afin qu’il soit plus facile de voir quand il sera stabilisé et quittera une fois qu’il l’aura. Problème:

transmission-daemon -f

Une fois que le programme a été activé pendant environ 10 secondes, il doit être prêt à être quitté en appuyant sur «Ctrl + C».

Répertoires

Créez les répertoires qui contiendront les pointeurs torrent, les pièces, les configurations et les téléchargements. Pour ma configuration, c’est:

mkdir -p /mnt/sda_part1/torrents/parts/
mkdir -p /mnt/sda_part1/torrents/config/

Remarque: ce qui précède suppose qu’un HD est connecté au routeur et qu’il a une disposition de partition avec un système de fichiers sur la première partition. Bien qu’il s’agisse d’une configuration par défaut très courante, conformément à la disposition de partitionnement et de formatage de votre HD, cela peut changer.

Copiez le fichier de configuration créé par la première exécution du démon:

cp /tmp/root/.config/transmission-daemon/settings.json / mnt / sda_part1 / torrents / config

Remarque: malgré la représentation, il s’agit d’une ligne continue.

La commande ci-dessous ajoutera le réseau «192.168.11. *» Au paramètre rpc-whitelist. Cela nous permettra de nous connecter depuis n’importe quel ordinateur du réseau local (en utilisant le programme de l’interface graphique à distance) au démon sur le routeur.

sed -i "s/127.0.0.1/127.0.0.1,192.168.11.*/g" /mnt/sda_part1/torrents/config/settings.json

Note1: malgré la représentation, c’est une ligne continue.
Remarque 2: Si votre sous-réseau réseau est différent, vous devrez vous ajuster en conséquence.

Exécutez à nouveau le démon, cette fois, dirigez-le vers le répertoire de configuration alternatif (indicateur «-g»).

démon-transmission -f -g / mnt / sda_part1 / torrents / config

Vous devriez voir que le démon a démarré et si vous regardez attentivement, vous devriez voir que les chemins utilisés par le programme ont également changé pour le nouveau chemin. Laissez le démon ouvert pour le moment, nous en aurons besoin pour le segment GUI.

GUI à distance

Il existe deux programmes Windows pour contrôler le démon à distance, ils sont: Transmisson-remote-gui & Transmission-remote-dotnet. Les deux semblent être pleinement présentés et activement maintenus. Bien que vous puissiez choisir l’un d’entre eux, nous utiliserons «transmission-remote-dotnet» pour les besoins de cet article, car à part les différences esthétiques, ils sont pratiquement identiques.

Nous allons installer le client, puis l’utiliser pour modifier les paramètres sur le serveur, car il est plus facile que de modifier manuellement le fichier de paramètres.

Configurer les paramètres locaux

  • Téléchargez la dernière transmission-remote-dotnet depuis le site du projet et installez-la normalement.
  • Lancez le programme et allez dans «Paramètres locaux» soit dans le menu Options, soit sur l’icône de clé.
  • Accédez à l’onglet «Paramètres des serveurs».
  • Cliquez sur «Ajouter un serveur».
  • Cliquez ensuite sur le nom «Serveur 0» qui vient d’être ajouté pour que nous puissions modifier ses paramètres.
  • Dans le champ hôte, mettez l’IP de votre routeur.
  • Cliquez sur «Sauvegarder».
  • Connectez-vous au démon exécuté sur votre routeur en cliquant sur «Fichier» -> «Connecter» ou sur l’icône de connexion.
Configurer le démon distant
  • Cliquez sur «Options» Sélectionnez «Paramètres à distance».
  • Dans le téléchargement vers la zone de texte, mettez: «/ mnt / sda_part1 / torrents»
  • Cochez la case «Téléchargement incomplet vers».
  • Dans la zone de texte incomplète, mettez: «/ mnt / sda_part1 / torrents / parts»
  • Modifiez la liste déroulante Cryptage pour sélectionner «préféré».
  • Cliquez sur «Sauvegarder».

Voilà, vous devriez pouvoir utiliser le programme comme n’importe quel autre client BiTorrent que vous installeriez sur votre ordinateur.

Activer l’interface Web (facultatif)

Bien que l’utilisation de l’un des programmes à distance ci-dessus aurait été suffisante, vous souhaiterez peut-être un moyen d’accéder au démon sans être lié à un programme sur un périphérique spécifique. En effet, avec la plèvre actuelle des appareils personnels, il devient difficile de garder une trace de ce qui est disponible où, et simplement pointer un navigateur Web vers le routeur devrait être (si vous êtes un fidèle utilisateur DD-WRT) une seconde nature à vous maintenant. Une interface Web facilite également l’ajout de téléchargements pendant que vous êtes «en déplacement». Bien que rendre l’interface graphique Web accessible au public dépasse la portée de ce guide, nous vous montrerons comment installer et configurer l’interface Web et vous pourrez ciseler l’accessibilité publique plus tard.

Installez le package en émettant dans un terminal:

mise à jour opkg; opkg install transmission-web

La transmission recherchera automatiquement l’interface Web dans plusieurs emplacements par défaut. Nous avons exécuté la transmission en mode « premier plan » (indicateur -f) à la dernière étape afin que vous puissiez voir ces emplacements, si vous essayez d’accéder à l’interface Web. Alors qu’en ce moment, vous échouerez, vous verrez que l’un de ces emplacements est «/tmp/root/.local/share/transmission/». Heureusement pour nous, cet emplacement se trouve sur la RAM des routeurs qui est accessible en lecture. Donc, tout ce que nous avons à faire est de créer un lien symbolique entre cet emplacement dans la RAM et l’emplacement où l’interface Web a été installée dans le cadre du package sur JFFS. Pour ce faire, créez l’emplacement (manuellement pour l’instant) en émettant:

mkdir -p /tmp/root/.local/share/transmission/

Créez le lien symbolique, encore une fois manuellement pour l’instant, en émettant:

ln -s /jffs/opt/usr/share/transmission/web/ /tmp/root/.local/share/transmission/web

Remarque: malgré la représentation, il s’agit d’une ligne continue.

Essayez d’accéder à nouveau à l’interface Web à l’adresse: http: // ip-ou-dns de votre routeur: 9091. Pour ma configuration, ce serait, avec IP: « http://192.168.11.1:9091 » ou avec le nom du DNS local: « http: //buffalo.aviad.lan: 9091 ».

Si tout s’est bien passé et que vous ajoutez quelque chose à télécharger, vous devriez voir quelque chose comme:

Création et utilisation d’un fichier d’échange (facultatif)

Un «fichier d’échange» est exactement comme le «fichier d’échange» de Windows et, en fait, dans le passé, Microsoft l’appelait également un «fichier d’échange». Lors de la rédaction de cet article, j’ai trouvé une situation dans laquelle le démon rencontrait une fuite de mémoire et un crash (voir la section des remarques). Pour essayer de surmonter ce problème, j’ai configuré Swap (à la fois comme partition et comme fichier). Bien que cela n’ait servi qu’à prolonger l’inévitable, en ce qui concerne la fuite de mémoire, parce que j’ai déjà investi l’effort de faire de cette procédure une procédure simple à suivre, je ne vois aucune raison de ne pas transmettre l’information. Cela dit, comme indiqué dans le titre, cette étape est optionnel, et je peux garantir que le démon fonctionne correctement depuis plus d’une semaine consécutive et sans interruption tout en travaillant sur au moins 5 torrents différents. Mais là encore, mon routeur a 128 Mo de RAM (ce qui est considéré comme beaucoup dans les cercles de routeurs), vous devrez donc peut-être effectuer cette étape si votre routeur manque de mémoire. De plus, il ne devrait pas y avoir de pénalité si vous décidez d’implémenter Swap, même s’il n’en «a pas besoin», car Linux ne devrait pas essayer d’utiliser Swap simplement parce qu’il existe (contrairement à Windows).

Alors que sous Linux, il est habituel d’utiliser une «partition» Swap, cela nécessiterait d’en effectuer une avant le partitionnement, ou pire encore, de changer la disposition actuelle. Comme cela peut être gênant si vous avez déjà des données sur le disque dur, l’utilisation d’un fichier, sur le format déjà existant du lecteur, est beaucoup plus facile. De plus, je n’ai trouvé aucune différence significative dans les performances lors de la comparaison des deux schémas d’utilisation de Swap.

Nous allons créer un fichier de 256 Mo sur lequel travailler. Pour ce faire, «DD» un fichier existe en émettant dans un terminal:

dd if = / dev / zero of = / mnt / sda_part1 / swap.page bs = 1M count = 256

ATTENTION: Cette commande («DD») est extrêmement puissante et potentiellement destructeur. La directive «Output File» (of) ne doit pas être prise à la légère, car un paramètre incorrect ici pourrait vous faire perdre des données.

Installez le package qui nous permettrait de créer des swaps en émettant:

mise à jour opkg; opkg install swap-utils

Une fois les swap-utils installés, créez le fichier de swap en émettant:

mkswap /mnt/sda_part1/swap.page

Testez maintenant que le système est capable d’impliquer le fichier d’échange en examinant l’utilisation de la mémoire avec la commande «libre».

gratuit

Notez que les paramètres de la ligne «Swap» sont tous des zéros.

Activez maintenant le fichier d’échange en émettant:

swapon /mnt/sda_part1/swap.page

Et exécutez à nouveau la commande gratuite:

gratuit

Vous devriez maintenant voir que les paramètres de la ligne «Swap» ont changé pour refléter qu’il y a maintenant un total de 256 Mo d’espace de swap disponible.

Démarrage automatique du démon

Pour que le démon de transmission démarre automatiquement avec le redémarrage du routeur, il suffit de l’ajouter au script « geek-init » qui a été installé dans l’article OPKG. Ouvrez le script geek-init dans un éditeur de votre choix:

vi /jffs/geek/etc/geek-init.sh

Si vous avez suivi toutes les étapes de ce guide (y compris celles facultatives), vous pouvez ajouter l’extrait de script ci-dessous à la fin du fichier geek-init:


logger_general "transmission setup-er: setting 'home'"
export HOME='/tmp/root'
logger_general "transmission setup-er: Creating the directory and symbolic-link for the web interface"
mkdir -p /tmp/root/.local/share/transmission/
[ ! -L /tmp/root/.local/share/transmission/web/web ] && ln -s /jffs/opt/usr/share/transmission/web/ /tmp/root/.local/share/transmission/web
logger_general "activating swap"
swapon /mnt/sda_part1/swap.page
logger_general "transmission setup-er: Starting the transmission-daemon with the alternate configuration directory."
/opt/usr/bin/transmission-daemon -g /mnt/sda_part1/torrents/config
logger_general "transmission executed"

Cependant, si vous avez ignoré les étapes facultatives, alors qu’il ne devrait pas y avoir de problème à laisser le «code» ci-dessus tel quel, vous voudrez peut-être supprimer tout ce qui est superflu. En fait, si vous avez sauté les deux étapes facultatives et que vous renoncez aux commentaires, il vous suffirait d’ajouter:

/opt/usr/bin/transmission-daemon -g /mnt/sda_part1/torrents/config

Remarques finales

  • Bien que cela ne soit que du FUD, il vaut mieux garder à l’esprit que BiTorrent est devenu une cible de litige et qu’il a été dit à maintes reprises que le réseau était examiné de près. Affaire au point le site http://www.youhavedownloaded.com/. Par conséquent, il est conseillé d’utiliser uniquement ce client torrent, comme nous l’avons fait, pour les torrents légaux.
  • Au cours de la rédaction de cet article, j’ai trouvé un torrent qui provoquerait le crash du processus du démon de transmission en raison d’une fuite de mémoire. J’ai décrit le problème sur le forum OpenWRT, mais au moment d’écrire ces lignes, il n’y avait pas de réponse à ma grêle.

Puissiez-vous avoir une transition en douceur vers la transmission 🙂


Parce que nous savons que c’est transitoire, du moment… nous savons que ça va se tourner vers l’ASH.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici