La Russie a interdit Instagram. La plateforme de partage de photos et de vidéos appartenant à Meta n’est plus accessible aux 80 millions d’utilisateurs du pays. L’interdiction est entrée en vigueur dimanche à minuit heure locale.

Cette interdiction d’Instagram n’est cependant pas une surprise. La Russie avait annoncé des plans la semaine dernière, ayant déjà interdit Facebook et Twitter. Le pays avait cité la «discrimination contre les médias russes» comme raison de l’interdiction de Facebook. Pendant ce temps, l’interdiction d’Instagram est due à la société mère Meta, qui possède également Facebook, permettant aux utilisateurs de pays étrangers, dont l’Ukraine, de publier des messages appelant à la violence contre les soldats russes.

« Cette décision coupera 80 millions de personnes en Russie les unes des autres et du reste du monde, car environ 80 % des personnes en Russie suivent un compte Instagram en dehors de leur pays. C’est faux », avait tweeté vendredi dernier Adam Mosseri, responsable d’Instagram.

Peut-être que les actions de la Russie sont une réponse à l’annonce par l’UE, les États-Unis et le Royaume-Uni de sanctions contre le pays après son invasion de l’Ukraine le mois dernier. Les sanctions visent à couper le plus grand pays du monde du reste du monde.

Plusieurs grandes entreprises ont arrêté ou limité leurs opérations en Russie, notamment Samsung, Apple, Microsoft, HP et Intel. Tous ces développements isolent progressivement le pays « financièrement, économiquement et technologiquement ».

La Russie, quant à elle, a poursuivi son agression militaire en Ukraine. L’invasion non provoquée a coûté plusieurs vies innocentes. Et alors que ses propres citoyens commencent à dénoncer la violence, le pays interdit désormais les plates-formes de médias sociaux populaires pour couper la communication et contrôler le flux d’informations sur son invasion de l’Ukraine.

La Russie interdit Instagram alors que les citoyens s’élèvent contre son invasion de l’Ukraine

Sofia Abramovich, fille du milliardaire et propriétaire du club de football de Chelsea Roman Abramovich, aurait partagé un post anti-Poutine sur Instagram. Elle l’a ensuite supprimé. Mais elle n’est pas la seule Russe à ne pas vouloir que son pays tue des innocents d’un pays voisin. Malheureusement, ils ne peuvent plus accéder aux plateformes qui leur permettent de s’exprimer contre leur gouvernement.

Ces interdictions affectent de nombreux Russes à plus d’un titre. En particulier, les créateurs de contenu de médias sociaux. « C’est mon travail », a déclaré l’influenceuse russe de la mode, Karina Nigay (via). « Imaginez que vous venez d’être complètement licencié du travail et que vous ne recevez aucun revenu, mais en même temps vous avez des dépenses pour votre famille, pour votre équipe si vous avez des subordonnés, et puis tout d’un coup vous n’avez plus rien à payez votre équipe.

Les créateurs russes d’Instagram encouragent désormais leurs abonnés à les suivre sur d’autres plateformes. Les populations locales peuvent également contourner l’interdiction en utilisant un VPN (réseau privé virtuel). Espérons que tout cela se terminera bientôt et que nous pourrons tous vivre en paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici