Nintendo reconsidère sa décision de ne pas devenir un fournisseur de smartphones et tente de capitaliser sur le potentiel toujours croissant du marché des jeux mobiles, affirment des sources proches des fournisseurs taïwanais de composants électroniques.

Le géant du divertissement japonais a été réticent à adopter des plates-formes de combinés contemporains dans le passé et a été relativement en retard sur ce segment par rapport à ses rivaux tels que Sony, Microsoft, Electronic Arts et Ubisoft. La force considérable de ses franchises a toujours permis à la firme de remporter une part importante du gâteau de jeu Android et iOS, surtout après avoir atteint l’or avec Pokemon GO commandé au développeur de San Francisco Niantic Labs qui l’a publié en 2016.

Bien qu’il n’ait pas été près de répéter ce succès depuis, pratiquement tous les jeux mobiles sortis au cours des deux années suivantes ont généré des bénéfices, et certains se sont révélés être des sources de revenus assez fiables à eux seuls, avec Fire Emblem: Heroes étant l’exemple évident. Super Mario Run et son modèle commercial premium ont fait pire pour Nintendo que ses projets free-to-play, mais « pire » dans ce contexte est toujours un rêve pour la grande majorité des autres développeurs de jeux mobiles de la planète.

Le cas de Razer illustre la prudence requise

Outre Nintendo, Nubia, Vivo et Xiaomi renforceront leur présence dans la niche des jeux Android dans un avenir proche, selon le rapport d’aujourd’hui. En ce qui concerne Xiaomi, il est actuellement difficile de savoir si la société travaille sur un tel gadget sous l’égide de sa marque principale, mais sa filiale vient d’annoncer le Black Shark 2 il y a plusieurs heures.

La Nubie a également suivi son phablet Red Magic au design agressif il y a quelques semaines à peine avec le Red Magic Mars, un appareil qui présente une conception similaire en face et qui est sans vergogne flashy.

Vivo reste le plus grand mystère du trio chinois mentionné; sa nouvelle marque iQOO a lancé un smartphone Android éponyme plus tôt ce mois-ci mais ne l’a fait que dans son pays d’origine, et bien que des rapports récents indiquent que le combiné axé sur la valeur devrait être publié en Inde d’ici mai, il n’est actuellement pas clair si Vivo tentera de piquer contre ses pairs dans d’autres parties du monde.

Enfin, de l’autre côté du globe, Razer était récemment sur le point de débrancher le Razer Phone 3, mais a finalement décidé de le faire, affirment des initiés taiwanais. Le combiné pourrait débuter un petit changement dans le schéma de dénomination de la société américaine en supprimant la partie « Téléphone » du surnom de ses prédécesseurs et en le lançant simplement sous le nom de Razer 3. Malgré des investissements importants, Razer n’a pas réussi à faire d’énormes percées dans le segment des jeux mobiles, augmentant des questions sur la maturité du marché et sur les raisons pour lesquelles Nintendo doit procéder avec prudence.

Faible activité, quoique sur de nombreux fronts

Dans le même temps, la société japonaise semble être quelque peu impliquée dans le projet de streaming de jeux de Google qui devrait être annoncé demain à GDC alors que Chrome a été mis à jour avec la prise en charge des Joy-Cons de Switch la semaine dernière, apparemment au hasard. En termes de projets mobiles réels, la seule version confirmée restante de Nintendo a actuellement du mal à atteindre la ligne d’arrivée, car la société a récemment confirmé que la fenêtre de lancement du premier trimestre de Mario Kart Tour a été déplacée vers la fin de l’année.

Laisser un commentaire