Accueil Tags Google

Tag: Google

Google+ s’arrête parce que cela ne vaut pas la peine d’être maintenu

0

En bref: Google ferme la version grand public de Google+ car le réseau de médias sociaux ne vaut pas la peine d’être maintenu, a annoncé lundi la société. La décision découle de Project Strobe, un effort interne commencé plus tôt cette année dans le but d’examiner l’accès des développeurs tiers aux données des comptes Android et Google. Dans une déclaration préparée, l’entreprise m’a dit son examen a confirmé ce qu’il savait déjà – Google+ n’a pas réussi à capturer un nombre important d’utilisateurs et de développeurs, il ne vaut donc pas la peine de rester à flot.

Outre la faible utilisation, les taux d’engagement Google+ battent également en brèche, avec 90% de toutes les sessions d’une durée inférieure à cinq secondes, selon la filiale d’Alphabet. Google+ sera progressivement interrompu au cours des dix prochains mois, et le service devrait être complètement arrêté fin août 2019. La société a pris soin de définir la décision comme n’affectant que la version grand public de Google+, suggérant le composant de liaison de données de la plate-forme continuera à vivre en tant que fonctionnalité d’entreprise sous le même nom.

La société a décrit les API Google+ et leurs contrôles de confidentialité des consommateurs comme «difficiles à développer et à maintenir». Pour illustrer ce point, il a révélé un bogue qui compromettait potentiellement les profils de jusqu’à 500 000 utilisateurs Google+. Le bug a été trouvé dans les API People de Google en mars et bien qu’il ait été corrigé momentanément, la société ne l’a pas signalé publiquement à l’époque, craignant probablement un retour de bâton public après avoir été témoin de ce que Facebook traversait à l’époque avec sa débâcle Cambridge Analytica. Le bogue a permis aux développeurs de jusqu’à 438 applications d’accéder aux champs de profil privés des utilisateurs et aux champs de profil publics de leurs amis qui ont partagé leurs données publiques via les API. Ces informations comprenaient les noms, âges, sexes, professions, adresses e-mail et autres données statiques que l’on aurait pu choisir de partager avec certains de leurs cercles Google+. Google n’a aucune preuve qu’un développeur était au courant du bogue ou en ait abusé, mais du fait qu’il ne conserve que des journaux de deux semaines des données desdites API (qu’il décrit comme une décision axée sur la confidentialité), il ne peut pas dire avec certitude . Le bug était en vigueur depuis l’introduction desdites API en 2015 jusqu’à ce printemps.

Contexte: Lancé le 28 juin 2011, Google+ était à l’origine envisagé comme un rival sur Facebook, mais a ensuite été réorganisé au centre de l’écosystème en ligne de Google qui a lié divers services tels que Gmail et YouTube, souvent à la gêne des utilisateurs. Le réseau de médias sociaux a subi une refonte majeure fin novembre 2015, qui a fini par être sa dernière actualisation que Google a décrite comme un moyen de rendre la plateforme plus intuitive à utiliser. Bien que Google n’ait pas étiqueté le bogue de l’API People comme la principale raison de l’arrêt de Google+, sa décision de finalement révéler la principale vulnérabilité de confidentialité vient quelques jours après que le PDG Sundar Pichai a rencontré les législateurs de l’État afin de discuter de nombreuses préoccupations, y compris la confidentialité numérique. L’arrêt de Google+ laisse YouTube comme le seul effort majeur de Google sur les réseaux sociaux et que la société a précédemment tenté de lier à son réseau de réseaux sociaux défaillant en exigeant des profils Google+ de tous les utilisateurs de YouTube sur une période de deux ans se terminant en octobre 2016.

Impact: Étant donné le manque apparent d’utilisateurs de Google+, le fait que la plate-forme soit en train de disparaître n’affectera probablement pas beaucoup de gens, bien que les passionnés de technologie restent l’un de ses utilisateurs les plus passionnés et le groupe démographique qui sera le plus durement touché par le nouveau développement. De nombreuses communautés technologiques, y compris le AndroidHeadlines un, sont toujours actifs sur Google+ quotidiennement, mais compte tenu de l’annonce faite lundi par la société, il semble que ce ne soient que des valeurs aberrantes.

3

Google+ s’arrête enfin, et il est temps

0

Google a annoncé aujourd’hui qu’il allait fermer son réseau social, Google+. Il a été lancé en juin 2011 et a prospéré assez bien pendant quelques années avant que de nombreux utilisateurs décident de quitter la plate-forme pour d’autres plates-formes comme Facebook et Twitter. De nos jours, vous vous dirigez vers Google+ et c’est vraiment une ville fantôme, qui a été prise par les spammeurs. Les nouvelles de Google aujourd’hui sont venues après l’annonce d’un exploit qui a exposé des données privées à des millions de ses utilisateurs. Cet exploit a été corrigé au printemps, mais Google ne prend plus de risques et augmente la mise sur ses API et protège les données de ses clients. Une partie de cela est la fermeture de Google+ « grand public ».

Le réseau social largement oublié

Google+ est largement oublié depuis quelques années, non seulement par ses utilisateurs, mais aussi par l’équipe qui travaillait sur la plateforme. Si vous allez voir certains des ingénieurs Google+ sur la plate-forme, qui ont travaillé sur Google+, ils ne sont plus avec Google ou n’ont pas posté sur Google+ depuis plusieurs mois – certains sont des années. Cela signifie que Google a abandonné la plate-forme, lorsque l’équipe responsable du produit n’utilise plus activement le produit, c’est un très mauvais signe.

Lorsque Google+ a été lancé pour la première fois en 2011, il était en fait quelque peu populaire, et c’est parce qu’il s’agissait d’un réseau social Google. Mais beaucoup de gens se sont plaints de ne connaître personne sur Google+. Au cours des premières années, Google+ a fini par être un excellent endroit pour trouver de nouveaux amis avec qui discuter et sortir. Mais comme Google a lentement cessé de déployer des fonctionnalités sur Google+ et commencé à déployer des fonctionnalités Google+ (comme Hangouts et Photos) pour devenir leurs propres services, il est devenu clair que Google avait perdu tout intérêt pour le service et allait le fermer bientôt.

Google+ est devenu une ville fantôme remplie de spam

Aux alentours de 2014 et 2015, beaucoup qualifieraient Google+ de « ville fantôme » car il n’y avait tout simplement pas beaucoup de gens utilisant le service, comme il y en avait sur Twitter ou Facebook. Vous verriez des messages de publications de grande envergure ayant très peu d’engagement. Certains avec seulement un commentaire ou deux, voire moins. C’est parce que les gens ont perdu tout intérêt. Et Google l’a confirmé dans le blog d’aujourd’hui, notant que 90% des sessions utilisateur sur Google+ ne duraient que cinq secondes ou moins. Cela signifie que quelqu’un a ouvert Google+ (probablement par erreur) et est rapidement parti.

Au cours des deux dernières années, les spammeurs ont repris Google+. C’est assez apparent sur le AndroidHeadlines page, mais vous pouvez également voir le spam sur à peu près le profil de n’importe qui. Cela a également poussé plus de personnes à quitter le service et à aller ailleurs, car Google ne faisait pratiquement rien pour lutter contre le spam sur Google+. Signaler et bloquer les spammeurs n’a pratiquement rien fait, car ils reviendraient avec de nouveaux profils et noms d’utilisateur, et continueraient de spammer. Ce fut probablement la dernière goutte pour beaucoup de gens, ce qui a finalement conduit à la chute de Google +.

Google a essayé de rivaliser avec Facebook et Twitter, mais il n’a pas pu

Le projet Google+, tel qu’il avait été annoncé en 2011, était censé être la façon dont Google était en concurrence avec Facebook et Twitter. Google avait déjà des millions (sinon des milliards) de comptes utilisant ses services, donc le transformer en un service de médias sociaux aurait dû être assez facile. Mais Google ne pouvait tout simplement pas amener les gens à utiliser Google+. Il a dépensé des millions de dollars sur Google+, avec diverses modifications du site et l’ajout de nouvelles fonctionnalités pour inciter les gens à l’utiliser, mais cela n’a pas fonctionné. De nombreux utilisateurs ont vu Google+ comme une alternative à Facebook et Twitter, mais sont finalement revenus sur Facebook parce que c’est là que se trouvent tous leurs amis et leur famille. Et Google+ était vraiment condamné après que Vic Gundotra a quitté l’entreprise en 2014. Gundotra était celui derrière Google+, et une fois qu’il est parti, le service a été à peu près oublié par Google.

Emballer

Google+ avait de très grandes ambitions et promesses quand il a fait ses débuts en 2011. C’était une chose uniquement sur invitation au début, de sorte que lorsque vous avez reçu l’invitation, vous vous sentiez assez spécial. Mais Google ne semblait pas trop se soucier de la plate-forme et l’a finalement laissée mourir. Maintenant, cela ne vaut même pas la peine pour Google de maintenir le réseau de médias sociaux, donc il le ferme. Bien qu’elle ne ferme que la version grand public, la version entreprise que les entreprises peuvent utiliser en interne persiste, ce qui est intéressant. Mais pour tous les utilisateurs de Google+, ils devront trouver un nouveau domicile pour leur correctif sur les réseaux sociaux. Et malheureusement pour eux, il n’y a vraiment rien de nouveau, les forçant à revenir sur Facebook ou Twitter. Et avec Facebook ayant sa juste part de problèmes de confidentialité, ce n’est peut-être pas la meilleure option pour les utilisateurs de Google+ – car Google+ est fermé en raison de ses propres problèmes d’exploitation des données.

3

Android TV a désespérément besoin d’un bâton bon marché «fabriqué par Google»

0

Android TV a besoin de moins de 50 $ Fabriqué par Google coller à un impact plus important sur le marché de la consommation domestique

C’est un domaine où Google a raté une astuce dans le passé et la plate-forme est freinée à cause de cela.

Le contre-argument de cet argument est généralement la façon dont Android TV connaît du succès ailleurs. C’est vrai. Sur le marché des opérateurs / OTT, Android TV se porte bien avec de nombreuses entreprises qui se sont déjà tournées vers la plate-forme pour alimenter leurs décodeurs et appareils.

Le problème est que ce n’est pas le même Android TV. Ceux qui utilisent la plate-forme Android TV pour alimenter leurs appareils sont généralement désireux de personnaliser l’expérience, et grandement. Un excellent exemple est AT&T et son nouveau décodeur. Alors que la box fonctionne sur Android TV, la plateforme est enterrée sous une interface AT&T.

Cela se traduit par des appareils qui sont principalement Android TV uniquement dans le nom et le code. Par exemple, un nombre important de consommateurs qui optent pour la box DIRECTV ne seront probablement pas conscients qu’il s’agit d’une box Android TV. Ils le verront simplement comme une boîte DIRECTV qui a également Netflix et le Google Play Store.

Vous n’achetez pas (ou ne louez pas) le boîtier DIRECTV parce qu’il s’agit d’Android TV, mais parce qu’il s’agit de DIRECTV.

Pour certains, cela pourrait mettre en évidence la véritable puissance d’Android TV – une plate-forme qui peut être aussi visible ou cachée que le fabricant d’appareils le souhaite. Du point de vue de la marque, cependant, cela ajoute peu de valeur.

Android TV loin de chez soi

L’hospitalité s’avère être un autre domaine où Android TV se porte bien. C’est un autre domaine qui a connu des changements massifs grâce au streaming et les hôtels sont une grande partie de ce changement. La prochaine fois que vous réserverez une chambre pour vos vacances ou votre voyage d’affaires, il est fort probable que le téléviseur de la chambre vous permette de diffuser du contenu depuis votre téléphone. Au minimum, connectez-vous et accédez à votre propre compte Netflix.

Dans certains cas, l’interface que vous utiliserez sera Android TV. Encore une fois, cela ne ressemblera pas à Android TV, mais ça le sera. L’un de ceux qui mènent la charge dans ce domaine est Dish avec sa plateforme EVOLVE. Tout comme la façon dont les opérateurs servent Android TV aux clients des décodeurs, la plate-forme EVOLVE de Dish sert Android TV aux clients de l’hôtel. Les hôtels peuvent utiliser (et personnaliser) la plate-forme pour offrir aux clients une expérience de divertissement plus intelligente et plus riche et tous les hôtels qui s’inscrivent à EVOLVE s’inscriront par inadvertance à Android TV. C’est le succès aux yeux de Google.

Par inadvertance est le mot clé ici, tout comme les clients opérateurs, les hôtels ne savent peut-être pas qu’ils utilisent Android TV. Les clients de l’hôtel non plus. Au moment où un client de l’hôtel utilise le téléviseur, l’interface utilisateur a été modifiée et adaptée pour répondre aux besoins de Dish. Dans la plupart des cas, il aura de nouveau été adapté à l’hôtel en question.

Oui, il y a des cas où Android TV se porte bien. C’est même avant de prendre en considération le marché de la télévision intégrée, car c’est un autre marché que Google a agressivement attaqué. Si vous achetez un téléviseur aux États-Unis, il y a de fortes chances que le téléviseur soit alimenté par Android TV.

Amazon et Roku

Personne n’achète aucun des produits / services mentionnés pour Android TV. D’abord et avant tout, ceux qui optent pour un nouveau téléviseur vont s’intéresser à la marque. Ou la taille, la résolution, le nombre de ports HDMI, etc. Que ce soit pour exécuter Android TV, Fire TV OS ou Roku OS sera sans conséquence. Pour certains, cela peut être un avantage supplémentaire, mais pour ceux qui sont plus investis dans une plate-forme différente, un inconvénient. Pour la plupart des consommateurs moyens, ce sera tout simplement hors de propos. Ce qui importe, c’est de savoir s’il dispose de Netflix, Amazon Prime, Spotify.

C’est là que réside actuellement le problème d’Android TV. Google a fait un excellent travail en vendant la plate-forme aux opérateurs, à l’industrie hôtelière et aux fabricants de téléviseurs. On ne peut pas en dire autant de la vente directe aux consommateurs. Ce n’est pas le cas avec Amazon et Fire TV, ou Roku et Roku OS.

Amazon et Roku possèdent actuellement le marché de la consommation domestique aux États-Unis. C’est le résultat direct de l’intention claire d’Amazon et de Roku de faire appel directement aux consommateurs. Encore une fois, dans les années à venir, Google pourrait revendiquer plus d’utilisateurs qu’Amazon ou Roku simplement en raison du fait que davantage d’utilisateurs reçoivent Android TV via l’un de ses « les partenaires« , mais ce n’est pas la même chose. Avoir une position dominante basée sur la compréhension et l’appréciation de la plate-forme par les consommateurs est différent. Faire en sorte que les consommateurs achètent une plate-forme à cause de la plate-forme est une véritable stratégie à long terme.

Le prix continue d’être un moteur

Ce n’est pas un hasard si Amazon et Roku ont tous deux un stick de streaming de 50 $ (ou moins). Ce n’est pas un appareil destiné au marché plus averti / passionné de technologie, mais destiné à être un produit de passerelle de plate-forme. Dans les cas d’Amazon et de Roku, leurs bâtons sont à un prix suffisamment bas pour être considérés comme des achats impulsifs. Leur petite taille et leur forme discrète ne font qu’ajouter à leur attrait.

En dépit d’être un produit de passerelle, ces produits bon marché se révèlent également populaires auprès des utilisateurs avertis. Que ce soit un moyen bon marché d’accéder à Netflix ou Prime Video sur un téléviseur secondaire, ou une solution facile à maîtriser pour les enfants, les parents, les grands-parents, le fait de ne devoir payer que 30 $, 40 $ ou 50 $ devient une force motrice dans le processus décisionnel. Cela vaut également pour les acheteurs nouveaux et expérimentés.

C’est le pouvoir d’offrir un appareil de streaming d’entrée de gamme bon marché. Il supprime de nombreux obstacles auxquels les consommateurs sont confrontés et, à l’heure actuelle, Google est complètement absent sur ce marché. Pas accidentellement non plus, ou d’ailleurs, par ignorance.

Chromecast est un obstacle sur Android TV Stick

Google est parfaitement conscient de la puissance des produits d’entrée de gamme. Sans doute, Google est l’un des leaders dans ce domaine grâce à ses produits Chromecast. Le Google Chromecast a toujours été positionné comme un produit d’entrée de gamme et tarifé en conséquence. Oui, vous pouvez payer plus pour une version premium, mais ce n’est pas obligatoire. Le Chromecast est facilement disponible auprès de la plupart des détaillants et une bonne affaire à seulement 35 $. Ce prix et cette disponibilité ont fait du Chromecast un produit Google extrêmement populaire. Encore une fois, sans doute, c’est l’un des plus réussis Fabriqué par Google produits à ce jour.

La décision de Google de ne pas proposer sa propre solution Android TV d’entrée de gamme est probablement intentionnelle. L’une des raisons peut être simplement que Google ne veut pas marcher sur les orteils de ses partenaires. Cela est particulièrement vrai en ce moment car il recherche le soutien des partenaires pour chasser ces plus grandes bases de clients. Si Google devait vendre une clé Android TV de 40 $ ou 50 $, il pourrait être plus difficile de vendre la plate-forme aux opérateurs, téléviseurs et fabricants d’appareils en marque blanche.

Étant donné que Google recherche en fin de compte ces marchés d’adoption plus importants, Google a peut-être décidé qu’il valait mieux rester complètement hors du marché des consommateurs.

Si tel est le cas, on pourrait soutenir que Google fait ce qui est finalement droite pour Android TV. Bien que ce ne soit que ce qui convient à Android TV du point de vue de Google et de ses partenaires. Tous ces partenaires sont uniquement à bord car ils cherchent également à vendre quelque chose au consommateur. Que ce soit un service comme AT&T et DIRECT, un téléviseur comme Sony ou Sharp, ou un « moderne« Service de divertissement en chambre comme les hôtels, tous ces partenaires Android TV veulent vous vendre autre chose.

Aucun d’entre eux ne veut vous vendre Android TV, en particulier. Cela inclut Google.

La dépendance à l’égard des appareils tiers

Avec Google hors de l’image, il a été laissé à des tiers d’intervenir et de combler le vide. Nous l’avons vu récemment avec la nouvelle nouvelle clé AirTV. Il y a également des rumeurs selon lesquelles le nouveau périphérique SHIELD TV de NVIDIA pourrait également arriver sous forme de bâton.

Du point de vue du consommateur, c’est une bonne nouvelle car toute solution de stick est meilleure que pas de stick. Cependant, le marché tiers peut entraîner d’autres problèmes qu’un bâton fabriqué par Google éviterait. L’expérience utilisateur et l’assistance après-vente en sont deux exemples.

L’avantage d’opter pour une clé Amazon ou Roku est la nature de première partie du produit. Cela signifie non seulement que vous pouvez compter sur l’expérience comme prévu par le fabricant du système d’exploitation, mais aussi acheter avec un bon degré de confiance, vous obtiendrez les dernières fonctionnalités et mises à jour de sécurité en temps opportun. Comme nous l’avons déjà vu sur Android TV en général, ce n’est pas une attente que vous devriez avoir automatiquement.

NVIDIA fait exception à cette règle. NVIDIA a fait du support logiciel une priorité avec la ligne SHIELD et c’est quelque chose à saluer. On pourrait supposer que si une clé NVIDIA arrivait, elle serait également assez bien prise en charge. Cependant, le problème avec une clé NVIDIA est qu’elle pourrait être chère. Les appareils SHIELD sont riches en fonctionnalités et puissants et cette combinaison se traduit généralement par des produits bien plus chers que leurs homologues de plates-formes concurrentes. Un bâton SHIELD pourrait en effet être moins cher qu’un décodeur SHIELD, mais ce n’est pas la même chose qu’être bon marché ou même à un prix compétitif.

De plus, un stick SHIELD nous ramène au même problème d’origine. Il fera bien de vendre la marque NVIDIA, mais pas forcément le « Android TV » marque.

Android TV dépend beaucoup trop de marques et de produits tiers.

Sans eux, Android TV n’existe pas. C’est une approche dangereuse de Google car bien qu’Android mobile ait bien utilisé cette méthode, il n’y a aucune garantie que Google puisse reproduire le succès d’Android Mobile dans l’espace TV. Si quoi que ce soit, Google ne devrait pas essayer de répliquer un mobile Android.

Les téléviseurs sont très différents des smartphones

Amazon et Roku continueront de vendre leurs bâtons et les consommateurs continueront de les acheter. Plus précisément, les consommateurs continueront de s’habituer à utiliser Fire TV ou Roku OS. Habitué à Fire TV ou Roku OS étant leur plate-forme de télévision préférée.

C’est là que Google peut trouver un problème plus tard. Bien que Google puisse penser que son approche interentreprises est la vraie victoire, ce n’est peut-être pas à long terme. Si la majorité des clients à domicile dépendent de l’expérience Fire TV ou Roku OS à la maison, ils commenceront à vouloir la même expérience lorsqu’ils ne sont pas à la maison. Lors de l’achat d’un nouveau téléviseur. Lorsque vous vous inscrivez à un nouveau fournisseur de services. Rester dans un hôtel une ou deux fois par an ne conduira pas les décisions d’achat des clients par rapport à la plateforme qu’ils utilisent à la maison. Même si cela était possible, dans la plupart de ces scénarios, les consommateurs ne sauraient pas qu’ils utilisent Android TV en premier lieu.

Ces partenaires ne seront pas sourds à cela. Ils écouteront les commentaires qu’ils obtiendront et finiront par faire passer le message que personne en dehors du marché passionné ne connaît ou ne se soucie même d’Android TV. Les entreprises changeront rapidement d’allégeance si les acheteurs exigent qu’ils changent de position et tout aussi rapidement, les changements de pouvoir de Google pourraient entraîner un autre service en route vers le cimetière de produits de Google.

Une clé Android TV est nécessaire

Même si en supposant que le modèle mobile Android puisse être répliqué avec succès avec Android TV, il vous suffit de regarder l’investissement de Google dans sa ligne de téléphone Pixel pour voir que les produits propriétaires comptent. Faire en sorte que d’autres adoptent votre plate-forme est formidable, tout comme avoir vos propres produits qui offrent l’expérience que vous souhaitez. Ce n’est pas seulement spéculatif. Nous voyons déjà une répétition dans le monde Android TV du problème de fragmentation du système d’exploitation qui a affligé Android mobile.

50 $ AU Fabriqué par Google Android TV ne résoudra peut-être pas le problème de fragmentation, mais cela donnerait à Google une base pour concurrencer de nouveaux clients. Pour l’instant, ce n’est pas possible avec de nouveaux clients qui doivent investir massivement dans d’autres produits et services pour accéder à Android TV.

Une clé Android TV bon marché changerait certainement cela.

3

Vous devriez probablement transmettre l’écran intelligent du Home Hub de Google

0

De meilleurs écrans intelligents sont déjà disponibles

Le Google Home Hub est un gros problème dans la mesure où il s’agit du premier écran intelligent à provenir de l’entreprise. Mais c’est à peu près autant que le grosse affaire partie va. Ce n’est pas un produit massivement premium et à bien des égards, c’est à peine un produit décent. Même son principal argument de vente, le prix, est symptomatique de la qualité globale à laquelle vous devez vous attendre. Et donc pour ceux qui sont à la recherche d’un appareil équipé d’un écran pour la maison, vous devriez probablement chercher ailleurs. Voici le problème. Le Home Hub n’est pas un produit révolutionnaire et n’offre rien que vous ne puissiez trouver sur un produit concurrent. C’est, tout simplement, un appareil d’entrée de gamme. Bien qu’il n’y ait rien de mal avec les produits d’entrée de gamme en général, et bien qu’ils remplissent un espace bien nécessaire pour ceux qui cherchent à acheter à petit budget, le Home Hub n’est pas si différent du prix des autres options d’affichage intelligent. Fondamentalement, ce n’est que le niveau d’entrée en termes de ce que vous obtenez.

Le problème de Google est l’adoption

L’un des principaux problèmes rencontrés par Google avec sa catégorie d’affichage intelligent est d’amener les gens à adopter la plate-forme. Il s’agit d’une nouvelle plate-forme en général et où les consommateurs devront être attirés par un achat. Google cherchera à atteindre cet objectif, comme il l’a fait avec les mobiles Android, Android TV, Android Auto et Wear OS, en s’appuyant sur des tiers. Toutes les marques et grands fabricants qui ont leurs propres acheteurs dédiés produiront leurs propres écrans intelligents qui répondent spécifiquement aux caprices et aux besoins de leurs clients. Ce sont ces entreprises qui feront ou ne réussiront pas à faire de la catégorie de l’affichage intelligent un succès pour Google. Nous commençons déjà à voir cela avec Lenovo, JBL et bientôt – LG. Ce qui signifie que Google se retrouve dans la position précaire de ne pas sortir un appareil qui remplace ces options de manière significative. Du moins pas encore, ou avant que la plateforme n’atteigne un niveau d’adoption là où elle est viable. Par exemple, alors que les téléphones Pixel sont en fait concurrents des autres téléphones Android, Android mobile est loin d’être dans le même état délicat que les écrans intelligents, et donc Google peut rivaliser avec d’autres fabricants de smartphones sans que cela affecte négativement sa relation avec eux. trop. En revanche, pour aider à garantir que les produits d’affichage intelligent tiers restent viables et leader dans la catégorie, Google a apparemment proposé un produit de qualité inférieure en comparaison. Si vous doutez que ce soit l’un des facteurs de motivation derrière la conception du Home Hub, vous n’avez qu’à vous demander pourquoi Google a accepté que des fabricants tiers comme Lenovo et JBL annoncent non seulement leurs solutions avant Google, mais les mettent sur le marché avant Google a même réussi à annoncer le Home Hub?

Pourquoi Google se soucie-t-il de savoir si la plate-forme réussit ou non?

Si vous ne savez pas pourquoi Google adopterait une approche de siège arrière pour les écrans intelligents, la réponse se résume à l’importance de Google Assistant, ainsi qu’à la marche en avant d’Amazon et d’Alexa. Les écrans intelligents sont en fait des écrans Google Assistant, et Assistant est la flèche principale de Google pour l’avenir, car la société croit clairement que le contrôle vocal est l’avenir. Par conséquent, votre assistant numérique est l’assistant go-to dans cet avenir, est tout. Bien qu’il s’agisse actuellement d’un problème local qui se manifeste au niveau des produits, cela changera avec le temps à mesure que les communautés intelligentes, les villes, les villes et même les pays intelligents deviendront une chose. D’ici là, être la solution de référence importera énormément. Et tandis que l’Assistant de Google est déjà alimenté de force aux consommateurs via Android mobile, Android TV, Android Auto, la clé ici est de s’assurer que chaque catégorie de produits intègre la même technologie, la même expérience, la même exposition et la même empreinte sur le psychisme du consommateur. Pour être clair, il ne s’agit pas seulement d’une ambition de conquête du monde par Google, mais aussi pour de nombreuses autres entreprises. Bien qu’en dépit d’une concurrence variée, il est devenu de plus en plus clair que le plus grand challenger de Google aux États-Unis est Amazon – qui, en réalité, a des années-lumière d’avance sur Google en ce qui concerne la maison. Le mois dernier, le détaillant en ligne a fait de nombreuses annonces liées à son écosystème Alexa, qui ont vu la compatibilité avec Alexa s’étendre encore plus et dans de nouvelles directions, notamment les micro-ondes et les horloges murales. C’est le niveau d’intégration des assistants dont nous parlons maintenant. Et malheureusement pour Google, Amazon a également été le premier dans le département d’affichage intelligent.

Home Hub est plus Echo Show 2017 que Echo Show 2018

En parlant de la bataille entre Amazon et Google, beaucoup verront le Home Hub comme un concurrent d’Amazon Echo Show, car ils sont tous deux des écrans intelligents. Mais c’est là que s’arrêtent les similitudes. Comme avant même que Google ne lance son premier écran intelligent, Amazon avait déjà avancé et annoncé son modèle de deuxième génération. Celui qui est plus grand, meilleur, plus fort et plus raffiné à tous égards. Ainsi, alors que le Home Hub pourrait ressembler davantage à la version 2018 (comme l’Echo Show 2017 était assez moche), la réalité est qu’il n’est pas du tout proche du niveau de la version 2018. Le Echo Show d’origine était livré avec un écran de 7 pouces tandis que le nouveau modèle dispose d’un écran massif de 10,1 pouces. Ce qui signifie évidemment que les recherches d’Amazon ont indiqué à l’entreprise que ses clients souhaitaient un écran plus grand que 7 pouces – la taille exacte que Google Home Hub espère que les consommateurs achèteront désormais. De même, le formulaire a été affiné pour être plus attrayant qu’auparavant, même sur les looks, Google n’est égal, sinon en retard. Bien qu’il ait un bon choix de couleurs disponible.

Oui, le Home Hub est plus beau que l’Echo Show d’origine, mais par rapport à l’Echo Show 2018, sa conception échoue est évidente. Sa base, qui n’est pas détachable, est à l’évidence, ce qui nuit à l’attrait visuel du produit. Amazon a suivi un processus de conception similaire avec son modèle d’origine en veillant à ce que les haut-parleurs soient suffisamment grands et puissants, et cela a compromis le produit dans son ensemble – un peu comme Google l’a fait avec le Home Hub car la base est la façon dont elle est pour rendre compte des orateurs. C’est également un problème avec les options de Lenovo et de JBL, ce qui met généralement en évidence le problème de l’achat de produits de première génération. Avec Amazon déjà au niveau de la deuxième génération, il a réussi à augmenter la qualité de son audio sur l’Echo Show 2018 tout en affinant le design pour que l’affichage intelligent ressemble plus à une tablette – au lieu d’un écran avec un haut-parleur massif attaché. En d’autres termes, cela ressemble plus à un package concurrentiel. Pour aggraver les choses, le Home Hub n’a même pas de caméra et vous ne pouvez donc pas passer d’appels vidéo avec. Bien que cet aspect puisse réellement plaire à ceux qui sont plus soucieux de la confidentialité, c’est techniquement l’un des principaux arguments de vente d’un écran intelligent. Par exemple, Facebook vient d’annoncer un affichage intelligent qui ne vous permet essentiellement de passer des appels vidéo. C’est également exactement pourquoi vous trouverez une caméra sur l’Echo Show, ainsi que sur les appareils partenaires de Google. Donc, bien que sur papier, Home Hub soit conçu pour être un concurrent d’Echo Show, ce n’est pas le cas. Ce n’est même pas un concurrent des autres écrans intelligents Google Assistant et Android Things. Il a juste un meilleur choix de couleur et cela devrait ne pas être la seule raison d’envisager d’acheter.

Google Home Hub n’est qu’un modèle de référence

En réalité, il est probablement préférable de ne pas considérer le Google Home Hub comme un réel produit de consommation, mais plutôt une conception de référence que d’autres peuvent utiliser, assumer et améliorer. Comme il est sans doute plus adapté aux développeurs en tant que solution sans fioritures à utiliser lors du développement de cette catégorie de produits nouvelle et émergente. Après tout, les conceptions de référence ne sont pas nouvelles pour Google et la société propose généralement un produit de référence dans la plupart de ses catégories de produits. La différence ici, cependant, contrairement à la plupart des autres gammes de produits destinées aux consommateurs où Google propose sa propre solution matérielle, il n’y a pas de réelle différence dans l’expérience logicielle rencontrée par les utilisateurs. Ce n’est pas comme Android mobile où une société tierce prend la version «  stock  » simplifiée d’Android de Google, puis la peaufine avec son propre design, ses fonctionnalités et ses avantages. Au lieu de cela, il s’agit d’une interface unique qui est identique quelle que soit l’option que vous choisissez. En d’autres termes, Google ne met pas seulement à jour son Home Hub, mais il met à jour tous les écrans intelligents. Il n’y a donc aucun avantage logiciel distinct à avoir un affichage intelligent par Google, contrairement au téléphone Pixel ou à l’ADT-2. À bien des égards, la plate-forme est plus similaire à Wear OS, anciennement Android Wear, car le même manque d’écart logiciel existe également là-bas. Ce qui, en passant, est probablement la raison pour laquelle, malgré l’intérêt des clients, Google n’a pas encore introduit sa propre montre intelligente – il ne veut pas marcher sur les orteils «  partenaires  » avant que la catégorie ne se révèle autosuffisante. Oui, Google a annoncé quelques nouvelles fonctionnalités aujourd’hui, Accueil et Egaliseur ambiant, mais le premier est susceptible d’apparaître sur d’autres écrans intelligents en temps voulu, et bien que le second sonne bien (s’adaptant automatiquement à la lumière dans la pièce), ce n’est pas exactement un sensationnel ou encore une fonctionnalité qui fait du Home Hub un achat instantané.

Emballer

Il ne s’agit pas de dissuader un acheteur particulier d’acheter le Home Hub de Google. Si vous êtes à la recherche d’un écran intelligent, préférez la façon de faire de Google et ne voulez pas dépenser trop pour la technologie pour le moment, alors Home Hub est fait pour vous. Après tout, il ne coûte que 20 $ de plus que le Google Home standard et, selon toutes les mesures, est un produit de loin supérieur. Cependant, contrairement aux deux nouveaux téléphones Pixel 3 annoncés aujourd’hui ou au Pixel Slate, le Home Hub n’est pas un produit impressionnant, ce n’est pas le meilleur de sa catégorie, et quiconque souhaite sérieusement tirer le meilleur parti de la catégorie des écrans intelligents le ferait fais bien d’opter pour autre chose. Cela ne signifie pas nécessairement une conversion vers Amazon et la façon dont Alexa fait les choses si vous ne le souhaitez pas, car les écrans intelligents Lenovo et JBL sont également des produits massivement supérieurs avec l’option la moins chère à seulement 50 $ de plus que le Home Hub de Google. C’est une petite augmentation de prix pour un écran plus grand et des appels vidéo, ainsi que toutes les fonctionnalités et avantages que vous obtiendriez avec le Home Hub.

3

La désactivation de l’historique des positions n’empêche pas Google de suivre votre position

0

La désactivation de l’historique des positions de Google n’empêche pas Google de suivre votre position sur les appareils Android et iOS.

Les utilisateurs de Google peuvent désactiver l’historique des positions sur cette page, mais certaines applications Google gardent une trace de votre position même si vous le faites. Voici Ryan Nakashima, qui écrit pour l’Associated Press:

Même lorsque l’historique des positions est suspendu, certaines applications Google stockent automatiquement les données de position horodatées sans demander.

Par exemple, Google stocke un instantané de votre position lorsque vous ouvrez simplement son application Maps. Les mises à jour météorologiques quotidiennes automatiques sur les téléphones Android indiquent à peu près où vous êtes. Et certaines recherches qui n’ont rien à voir avec la localisation, comme les «cookies aux pépites de chocolat» ou les «kits scientifiques pour enfants», déterminent votre latitude et longitude précises – précises au pied carré – et les enregistrent sur votre compte Google.

Les représentants de Google ont indiqué à l’AP que le suivi de la position pouvait être complètement désactivé en désactivant la fonction « Activité Web et App »; trouver ce paramètre ici.

EN RELATION: Réalisez-vous combien vous partagez votre position?

C’est étrange, car le paramètre « Activité Web et App » ne mentionne pas du tout l’emplacement, et est même juste à côté de la bascule Historique des positions dans les paramètres. Mais maintenant vous savez, je suppose, alors allez-y et changez les paramètres si cela vous inquiète.

3

La fonctionnalité «  Top Shot  » de Google Pixel 3 n’est pas aussi belle qu’elle en a l’air

0

En bref: La fonctionnalité Top Shot des produits phares Pixel 3 et Pixel 3 XL est sévèrement limitée par rapport à la façon dont Google l’a présentée la semaine dernière et n’est pas la meilleure option pour récupérer des photos erronées que l’industrie mobile peut actuellement offrir. Bien que la société n’ait fait aucune mention de ce fait lors de son annonce, les images Top Shot ne sont pas de la variété pleine résolution et sont plutôt limitées à des résultats de trois mégapixels (2048 x 1536), et cela suppose que vous êtes satisfait de l’un des les différentes images recommandées par les appareils Pixel 3, à condition qu’il y en ait en premier lieu. Tout autre emplacement sur la timeline de l’appareil photo non marqué comme suggéré ne vous permettra que de récupérer une photo d’un mégapixel, c’est-à-dire qui présente une résolution de 1024 x 768 pixels.

C’est le type de qualité d’image que vous rechercherez généralement avec la fonction Pixel 3 Top Shot.

Les capacités globales de Top Shot sont donc sans doute pires que celles que Sony propose depuis l’année dernière avec sa fonctionnalité de capture prédictive. Le service qui a fait ses débuts avec le Xperia XZ Premium est moins flexible que la solution de Google en termes de choix d’images prises environ une seconde avant que le déclencheur réel ne soit enfoncé, mais la poignée de cadres le Est-ce que livrent sont des photographies en pleine résolution adaptées à plus d’applications que les seules publications Instagram, ce qui semble être l’objectif principal de Top Shot. Le délai d’action pris en charge par Predictive Capture est également comparable à ce que propose la gamme Pixel 3, sans oublier que la solution développée par Sony permet également la mise au point automatique entre les rafales.

Top Shot ne semble donc pas être un nouveau service révolutionnaire autant qu’il s’agit d’une extension de Motion Photos, un créateur de GIF basé sur l’apprentissage automatique introduit par Google avec le Pixel 2 et le Pixel 2 XL l’année dernière. Bien que la société ne l’ait pas présenté comme tel, Top Shot dépend certainement de Motion Photos car il n’est pas disponible jusqu’à ce que vous activiez ces dernières dans l’application Appareil photo. En plus d’avoir un effet significatif sur la résolution des photographies finales, cette conception a également un impact sur la cohérence globale de Top Shot en voyant comment le service a du mal à suggérer des images de trois mégapixels dans des conditions d’éclairage parfaites, tests effectués par AndroidHeadlines révélé.

Et c’est ce dont le Sony Xperia XZ Premium était déjà capable l’année dernière (notez que cette scène a des conditions d’éclairage bien pires que l’exemple Pixel 3).

Contexte: Google a fait grand cas de Top Shot et de plusieurs autres nouveaux ajouts à son portefeuille de photographies mobiles lors de son dernier événement matériel qui a eu lieu mardi dernier. La stratégie était conforme à l’approche de développement de produits axée sur les logiciels de l’entreprise, même si la filiale d’Alphabet ne la définit pas comme telle. Au lieu de cela, l’entreprise décrit la ligne Pixel 3 comme la synthèse ultime de logiciels et matériel, le peignant comme quelque chose de plus qu’une somme de ses parties. De nombreuses critiques initiales des nouveaux combinés ne sont pas aussi favorables, bien que les critiques conviennent que la série Pixel 3 est toujours l’un des meilleurs choix haut de gamme sur le marché.

La majorité des critiques de Pixel 3 se concentrent sur le département du matériel, en particulier le fait que Google a choisi de s’en tenir à une seule caméra arrière pour la troisième année consécutive, même si les principaux fabricants proposent désormais des configurations à triple objectif beaucoup plus polyvalentes. courant dominant. En ce qui concerne la photographie mobile, la renommée des Pixel 3 et Pixel 3 XL réside dans leurs configurations à double caméra à l’avant, le consensus de l’industrie étant qu’elles fournissent les meilleurs résultats sur le marché.

Quoi qu’il en soit, le jeu de selfies de Google était également au top l’année dernière, mais c’est à ce moment-là que la série Pixel 2 a également livré les meilleures performances de sa catégorie dans le département des caméras arrière, selon de nombreux critiques et experts en analyse d’image au DxOMark français. La firme de Mountain View, en Californie, n’a pas encore expliqué pourquoi elle a décidé d’utiliser deux lentilles à l’avant mais avec une seule à l’arrière cette année et il est actuellement difficile de savoir si elle a choisi de répondre à cette question. Les rapports précédents suggéraient que même le système à double caméra à l’avant n’avait pas été envisagé comme un nouvel aliment de base de la série Pixel et Google pourrait toujours choisir de le contourner avec la famille Pixel 4 s’il estime qu’il peut encore apporter une amélioration significative avec juste une lentille selfie.

Après une courte période de précommande, les Pixel 3 et Pixel 3 XL sont désormais livrés à des clients aux États-Unis et dans plusieurs autres pays, y compris de nouveaux marchés comme la France et le Japon. Les appareils commencent à 799 $ et 899 $, tandis que le plus grand Pixel 3 XL monte à 999 $ pour une configuration avec 128 Go d’espace de stockage, tandis que les modèles de base offrent la moitié de la mémoire flash. Tous les membres de la nouvelle famille Android utilisent 4 Go de RAM et Snapdragon 845 de Qualcomm, ainsi que le Pixel Visual Core, un système spécialisé sur puce Google introduit avec la série Pixel 2 l’année dernière, le dévoilant sous la forme d’un silicium uniquement dédié au traitement efficace des images sur l’appareil, en particulier HDR +.

Impact: Les fabricants qui vendent leurs smartphones ne sont pas une nouveauté dans l’industrie et la gamme Pixel 3 reste un excellent choix pour les amateurs de photographie mobile malgré le défaut de Top Shot. Cependant, les consommateurs sur la clôture avec les derniers appareils fabriqués par Google ne devraient pas laisser l’existence de la nouvelle fonctionnalité affecter leur décision d’achat; Si le fait de pouvoir récupérer une photo erronée est d’une importance capitale pour vous, la capture prédictive de Sony prise en charge par ses récents produits phares Android tels que le Xperia XZ2 Premium reste une option bien supérieure, tant en termes de qualité d’image que de fiabilité.

Alors que Google reste catégorique, ses appareils sont la synthèse ultime du matériel et des logiciels, ses racines semblent toujours lui faire donner la priorité à ces derniers. En supposant qu’aucun changement de stratégie produit ne se produise à court terme, les futurs appareils de Google sont également susceptibles de porter leurs propres gadgets de type Top Shot qui seront tout aussi sans conséquence que ladite fonctionnalité. Ces fonctionnalités mineures offrant des fonctionnalités douteuses ne sont guère exclusives aux produits fabriqués par Google, mais leur volume même peut indiquer comment l’entreprise est toujours en train de définir son public, de lui lancer des idées et de voir ce qui reste.

3

Huawei remplacera Google Maps par TomTom

0

Huawei remplacera Google Maps par TomTom, une solution de cartographie néerlandaise. TomTom est une société néerlandaise de navigation et de cartographie numérique. Il a signé un accord avec Huawei pour l’utilisation de ses cartes et services dans les applications pour smartphones.

Comme la plupart d’entre vous le savent, c’est une décision nécessaire pour Huawei en raison de l’interdiction américaine. Huawei ne peut pas utiliser les services de Google sur ses nouveaux téléphones pour le moment, ce qui l’empêche d’installer Google Maps sur ses appareils.

Huawei ne peut pas utiliser Google Maps sur ses nouveaux appareils en raison de l’interdiction américaine, et TomTom est censé être une alternative

L’entreprise a dû trouver une alternative, et elle a contacté TomTom pour cela. La plupart d’entre vous ont probablement entendu parler de TomTom à un moment ou à un autre, car il s’agit d’un fournisseur de solutions de cartographie très connu.

Cet accord signifie que Huawei peut désormais utiliser les cartes, les informations sur le trafic et le logiciel de navigation de TomTom afin de développer des applications pour ses smartphones.

Le porte-parole de TomTom, Remco Meestra, a déclaré que cet accord avait été signé il y a un certain temps. Cependant, il n’avait pas été rendu public par la société jusqu’à présent. M. Meestra n’a cependant pas partagé les détails de l’accord.

TomTom se concentre désormais davantage sur l’offre de services logiciels que sur la vente d’appareils. Il a en fait vendu sa division télématique à Bridgestone l’année dernière, afin de se concentrer sur les activités de cartographie numérique.

Maintenant, nous allons certainement voir une solution de cartographie basée sur le logiciel TomTom préinstallé sur la série Huawei P40. Le Huawei P40 deviendra officiel fin mars, et Huawei doit proposer une sorte de solution de cartographie avec lui.

En supposant que l’interdiction commerciale ne soit pas résolue d’ici là, les consommateurs de Huawei ne pourront pas utiliser Google Maps. Google Maps ne sera pas disponible via la galerie d’applications de Huawei et vous n’aurez pas accès à la boutique Google Play. Eh bien, au moins, il ne sera pas préinstallé sur le ou les appareils.

La solution de cartographie de TomTom sera préinstallée sur les Huawei P40 et P40 Pro

TomTom arrive, car nous nous attendons à voir une application dédiée préinstallée sur les Huawei P40 et P40 Pro. Cet accord a été signé il y a quelque temps, ce qui signifie qu’une telle solution est en préparation depuis un certain temps.

Il reste à voir ce qui se passera dans l’interdiction commerciale levée pour Huawei. La Chine et les États-Unis sont déjà d’accord récemment sur le premier accord commercial, mais Huawei n’a pas été inclus. Il reste à voir si cela changera dans un avenir proche. Il est probable que cela ne changera pas à temps pour le lancement de la série P40, il est peut-être déjà trop tard.

Les Huawei P40 et P40 Pro seront lancés en mars en tant que nouveaux fleurons de la société. Il reste à voir si Huawei sera en mesure de remplacer Google Maps par TomTom aussi efficacement qu’il l’espère.

3

Facebook a supprimé son VPN d’espionnage de l’App Store (mais il est toujours sur Google Play)

0

Facebook a supprimé Onavo – un VPN gratuit géré par la société de réseautage social – de l’App Store iOS aujourd’hui. Le mouvement volontaire de Facebook a été motivé par des discussions avec Apple sur la politique de confidentialité.

Onavo promet d’aider à «sécuriser vos informations personnelles» sur le site Web du produit, mais le service VPN existe principalement pour que Facebook puisse surveiller l’activité des utilisateurs sur des sites concurrents. En d’autres termes, Facebook l’utilise pour vous espionner.

Onavo est installé sur environ 33 millions d’appareils.

À ce jour, Onavo n’est plus disponible pour les nouveaux téléchargements sur l’App Store, mais les utilisateurs existants ont toujours la version actuelle sur leurs appareils. Nous vous suggérons de le désinstaller maintenant.

Voici une déclaration d’Apple sur la suppression, via Juli Clover chez MacRumors:

Avec la dernière mise à jour de nos directives, nous avons clairement indiqué que les applications ne doivent pas collecter d’informations sur les autres applications installées sur l’appareil d’un utilisateur à des fins d’analyse ou de publicité / marketing et doivent indiquer clairement quelles données utilisateur seront collectées et comment il sera utilisé.

Onavo reste disponible sur le Google Play Store d’Android, mais nous suggérons à tous ceux qui l’utilisent de se désinstaller maintenant et de trouver un VPN qui respecte votre vie privée. Oui: cela signifiera probablement le payer, mais tout VPN qui en vaut la peine coûtera de l’argent – du moins, si la confidentialité est ce que vous recherchez.

Crédit photo: Antonio Guillem / Shutterstock.com

3

Google+, Inbox et maintenant Hangouts: Google a vraiment besoin de se familiariser

0

Google doit prendre le contrôle, car il devient de plus en plus fatiguant d’utiliser ses produits, alors que la crainte constante que la société s’ennuie et les éteigne. Alors que Google n’a jamais semblé capable de se concentrer suffisamment longtemps sur une seule idée (même Android lui-même est apparemment menacé malgré la grande majorité des parts de marché mondiales qu’il détient), cette année, la société est allée un peu trop loin en conservant ce qui est sans doute certains de ses services les meilleurs et les plus populaires.

Inbox devient Binbox

Tout a commencé en septembre lorsque Google a annoncé la fermeture de son service Inbox by Gmail au profit de la concentration sur Gmail. Et ce, malgré le fait qu’Inbox soit un produit bien supérieur. Oui, certains diront que ce n’est pas le cas, qu’ils n’aiment pas Inbox et Gmail, c’est mieux. Mais ils auraient tort. Ils ne reçoivent tout simplement pas Inbox. Parce qu’une fois que vous l’avez fait, cela a un sens lisse et beurré et vous pouvez demander à tous ceux qui utilisent Inbox religieusement et ils vous diront la même chose. Une fois que vous avez franchi la courbe d’apprentissage et que vous êtes all-in avec Inbox, vous ne vous contentez pas de l’obtenir, vous en devenez dépendant. Alors maintenant, nous tous, les e-mails dépendants de la boîte de réception, devons en quelque sorte essayer de nous ramener à Gmail – dans le passé. Et cela ne va pas être une tâche facile pour de nombreux utilisateurs lourds de la boîte de réception, comme un certain nombre d’entre nous l’ont déjà essayé depuis l’annonce de la fermeture de la boîte de réception d’origine. Essayé et échoué, bien sûr. Une fois de plus, je finis par utiliser Inbox malgré le fait que l’écriture soit sur le mur.

Google moins le +

Puis en octobre est arrivée la nouvelle de la fermeture de Google+. Certes, c’est un problème un peu plus compliqué en raison de toute la violation des données que Google semble avoir réussi à ignorer sans autant d’attention qu’il aurait dû recevoir – en annonçant immédiatement la fermeture du service. Règle numéro 1 dans les relations presse: faites de l’actualité ce que vous voulez dire, pas ce que disent les autres. C’est exactement ce que Google a fait en remplaçant les nouvelles sur les violations de données par les nouvelles que le service mettait fin. Oui, les points de vente couvraient toujours la violation de données, mais l’angle de presque toutes les couvertures correspondait à «Fermeture de Google Hangouts parce que…» La fermeture était la nouvelle. Une décision très intelligente de Google qui a permis à l’entreprise de progresser largement sans avoir à résoudre le problème ou à expliquer ce qu’elle faisait pour s’assurer que cela ne se reproduise plus. Mais, la fermeture n’a profité qu’à Google.

Oui, Google+ n’était pas la ruche d’activité que Google espérait, et oui, beaucoup de ceux qui ne l’utilisent pas l’ont immédiatement rejeté – Syndrome de la boîte de réception – mais ceux qui l’ont utilisé l’ont beaucoup utilisé. De plus, ils étaient des utilisateurs très axés sur la technologie, dont beaucoup regardaient G + comme la chaîne des «médias sociaux technologiques». Ce qui, en réalité, est idéal pour une entreprise comme Google car elle crée efficacement un public captif qui se connectera activement et directement aux produits et services que Google souhaite promouvoir, aidant Google à les promouvoir davantage. Pixel, Nexus, Android TV, tous ces éléments avoir avait des communautés très actives sur G + et maintenant ces communautés se bousculent pour trouver un endroit où aller pour reproduire l’expérience offerte par Google+. Et c’est un point important à noter, car ces utilisateurs connaissent évidemment Twitter, Facebook et les autres. C’est juste qu’ils ne voient pas la même valeur dans ces autres canaux de médias sociaux que dans G +. C’est un USP que n’importe quel service / entreprise tuerait et Google l’a simplement jeté comme si ce n’était rien. Ce n’était plus en faveur de Google et ces jours-ci, c’est apparemment suffisant.

Nulle part à sortir

Avance rapide jusqu’à présent et il semblerait que Hangouts soit le prochain à couper le souffle après un nouveau rapport qui cite des sources affirmant que 2019 sera la dernière année complète que vous aurez avec le service de messagerie. Encore une fois, certains diront que, comme G +, et dans une certaine mesure Inbox, l’écriture est sur le mur pour Hangouts depuis un certain temps. Et peut-être qu’ils ont raison. Mais cela ne signifie pas l’écriture avait être sur le mur. Google s’est activement efforcé de repositionner Hangouts en tant qu’outil commercial. Google a activement décidé de réduire la prise en charge de l’application et du service en général. Google choisirait de mettre fin à l’assistance aux consommateurs en 2020. Ce sont toutes des décisions que Google a prises intentionnellement, et en dépit de Hangouts ne subissant pas tout à fait le même «problème de numéro d’utilisateur» que Google+ ou Inbox.

Oui, Hangouts n’est probablement pas un service extrêmement populaire par rapport à d’autres, mais selon tous les comptes, il est utilisé un montant décent. C’est pourquoi la société ne la ferme pas complètement comme c’est Inbox et G +. Il voit toujours de la valeur dans la plate-forme, et il a toujours maintenu de la valeur au niveau des consommateurs, ce qui le rend d’autant plus décevant si ces dernières nouvelles se révèlent vraies. Contrairement aux autres fermetures annoncées en 2018, où Google pourrait au moins se cacher derrière le faible nombre d’utilisateurs, celui-ci représente un mépris total pour un service en cours d’utilisation. Et comme G +, celui que Google n’a pas vraiment de remplacement à offrir aux utilisateurs. Non, Allo.

Et après?

À ce stade, peu importe la suite. Avec Inbox, Google+ et Hangouts devraient tous fermer au cours des 12 à 18 prochains mois. Google a supprimé certains de ses meilleurs services sociaux et dans un délai assez court. Oui, aucun d’eux n’était parfait, mais ils étaient ce qu’ils étaient, et les gens les utilisaient. Plus important encore, il est très probable que les utilisateurs habituels de l’un de ces services utilisent également les autres. C’est en quelque sorte la façon dont ces choses fonctionnent et pourquoi Google a si souvent cherché à intégrer les fonctionnalités les unes aux autres, car ces services ont un seuil de franchissement élevé. Donc, pour les utilisateurs qui sont plus fortement investis dans l’expérience complète de Google, ils sont désormais punis de manière exponentielle par Google – et pour ne rien faire d’autre que de soutenir ses services. Bon travail!

3

Le suivi des annonces de Google sait que chaque achat Mastercard que vous effectuez, en ligne ou hors ligne

0
Stokkete / Shutterstock.com

Google effectue le suivi des achats Mastercard pour voir si les publicités en ligne suscitent des ventes réelles. L’accord vaut des millions de dollars, Mastercard vendant essentiellement des données clients à Google.

Voici Mark Bergen et Jennifer Surane, écrivant pour Bloomberg, brisant l’histoire:

Au cours de l’année écoulée, certains annonceurs Google ont eu accès à un nouvel outil puissant pour savoir si les annonces qu’ils diffusaient en ligne ont conduit à une vente dans un magasin physique aux États-Unis. Cette information est venue en partie grâce à un stock de transactions Mastercard que Google a payées. pour.

Mais la plupart des deux milliards de détenteurs de Mastercard ne sont pas au courant de ce suivi en coulisses. C’est parce que les entreprises n’ont jamais informé le public de l’arrangement.

Les données sont utilisées pour le programme de mesure des ventes de Google Store, qui est ouvertement annoncé. Seuls certains détaillants peuvent accéder aux données dès maintenant.

Mastercard n’est probablement pas la seule entreprise à avoir un tel partenariat: Google a annoncé une fois que la société avait accès à «environ 70%» des transactions de crédit et de débit aux États-Unis, selon Bloomberg. Donc, les chances sont que si vous achetez quelque chose, Google le sait.

Il est vraiment difficile d’exagérer la proportion de nos vies qui sont suivies par les annonceurs, et ce n’est que le dernier exemple. Il est logique que Google veuille ces informations. Cela leur donne la possibilité de prouver aux clients que le service publicitaire de Google génère des ventes. Mais dans quelle mesure les gens savent-ils que Google et les clients publicitaires de Google ont accès à autant d’informations sur leur vie?

3

Alternatives au manque ennuyeux de mises à jour de Google Authenticator

0

Les mises à jour de Google Authenticator sont manquantes depuis plus de deux ans maintenant, et certains utilisateurs gênés quittent maintenant le navire. Alors que réparer ce qui n’est pas cassé n’est guère une priorité pour Google, en 2020, son application Android sera confrontée à la concurrence sur de nombreux fronts.

De nos jours, l’authentification à deux facteurs n’est pas seulement une option, mais une nécessité. Bien sûr, même les dernières applications 2FA ont des défauts choquants et la technologie est loin d’être parfaite. Là encore, ce fait ne rend pas le manque global de mises à jour de Google Authenticator moins ennuyeux.

Les cercles technologiques deviennent de plus en plus critiques à l’égard de cet état de fait. Les appels des utilisateurs à abandonner Google Authenticator gagnent même du terrain dans les médias. Le volume croissant d’alternatives de qualité ne fera probablement que renforcer cette tendance au cours des prochains mois.

Le domaine de la biométrie mobile en était encore à ses balbutiements lorsque la dernière mise à jour de Google Authenticator a été publiée. De nos jours, son manque de support pour les scanners d’iris et les solutions comparables est un inconvénient flagrant. En fait, l’application n’autorise même pas les codes d’accès.

Les ports iOS et BlackBerry du service sont aussi obsolètes que sa version Android.

La configuration de Google Authenticator sur plusieurs appareils est également un casse-tête nécessitant une gestion méticuleuse (QR) du code. En parlant d’inconvénients, il est difficile de passer par le processus de remplacement de votre pilote quotidien sans avoir l’impression que Google Authenticator a perdu beaucoup de votre temps.

N’oubliez pas: la meilleure sécurité est toujours gênante

Vous pourriez faire valoir qu’une solution 2FA plus accessible est intrinsèquement moins sécurisée, car la commodité et la sécurité s’excluent mutuellement. Inutile de dire que c’est toujours une position saine à avoir.

Mais si vous en avez assez du manque de fonctionnalités de qualité de vie de Google Authenticator, vous pouvez opter pour plusieurs compromis décents.

Naturellement, tout le monde ne peut pas facilement éliminer Google Authenticator de ses routines de connexion. Certaines des applications les plus populaires d’aujourd’hui continuent de dépendre de la solution de Google, malgré son manque de mises à jour.

Discord est un bon exemple d’un tel service qui joue un rôle important dans le maintien en vie de l’outil 2FA. Reddit est une autre plate-forme avec des centaines de millions d’utilisateurs qui continue d’offrir le service de Google comme l’une de ses principales méthodes 2FA.

De nos jours, cependant, même les utilisateurs de Discord et Reddit ont des alternatives à leur disposition. Plus particulièrement sous la forme d’Authy, bien que certains outils de sécurité à usage général comme LastPass gagnent également du terrain sur le front 2FA. Si vous ne privilégiez pas ces solutions polyvalentes, Microsoft Authenticator est une autre option très appréciée.

Ainsi, alors que la probabilité de déploiement de nouvelles mises à jour de Google Authenticator continue de diminuer, ses utilisateurs ne sont pas aussi dépourvus de choix qu’ils l’étaient autrefois. L’application ne va probablement nulle part non plus. Après tout, beaucoup insistent toujours (à juste titre) sur une sécurité sans compromis, aussi gênant que cela puisse être.

3

On dirait que OnePlus TV a été certifié par Google, confirmant Android TV officiel

0

OnePlus TV a probablement été certifié par Google. Si tel est le cas, cela confirme probablement que les nouveaux téléviseurs OnePlus fonctionneront sur Android TV officiel.

À l’heure actuelle, il est difficile de dire avec certitude qu’il s’agit de OnePlus TV, bien qu’il y ressemble. Google publie une liste de tous les appareils certifiés à différents égards. Par exemple, la compatibilité avec le Google Play Store.

Premier repéré Plus tôt dans la journée, un nouvel appareil OnePlus apparaît désormais dans la liste Play Store. L’appareil est simplement répertorié comme « Oneplus_Dosa_IN« Bien que cela ne confirme pas à lui seul qu’il s’agit de OnePlus TV, cela indique clairement que c’est le cas.

L’Inde seulement… pour l’instant

OnePlus TV a récemment été certifié par Bluetooth SIG. Cette certification s’appliquait à plusieurs pays, y compris aux États-Unis, ce qui laisse supposer que OnePlus TV devait être lancé dans plusieurs pays.

Cependant, OnePlus a récemment ajouté plus de contexte indiquant que OnePlus TV sera lancé le mois prochain, mais uniquement en Inde. La société affirme que le plan est de lancer la nouvelle gamme de produits en Amérique du Nord, en Europe et en Chine, mais n’a fourni aucun détail précis sur le moment où cela pourrait se produire. Contrairement à l’Inde.

Avec une référence spécifique à l’Inde dans le Oneplus_Dosa_IN nom, cela suggère que le nouvel appareil certifié est OnePlus TV.

Impossible d’exclure d’autres produits OnePlus

Bien que les indications indiquent qu’il s’agit de OnePlus TV, vous ne pouvez jamais exclure d’autres produits avec OnePlus. Il est possible que cela soit lié à un autre appareil, smartphone ou autre. Même la référence à l’Inde ne peut pas être considérée comme une preuve solide car la société pourrait envisager de lancer un autre appareil là-bas en premier.

Il pourrait également être prévu que d’autres variantes (régionales) supplémentaires pourraient être ajoutées à la liste ultérieurement.

Donc, oui, bien qu’il semble probable que ce soit OnePlus TV et qu’il s’agisse d’Android TV officiel, nous devrons attendre une confirmation plus ferme pour en être sûr.

Pourquoi Android TV officiel est important

Android TV officiel est important si vous voulez avoir l’expérience TV la plus fluide possible. L’intérêt d’Android TV officiel est de garantir que les applications ont été optimisées pour la plate-forme TV. Par exemple, les applications mobiles Android se concentrent sur les balayages et c’est quelque chose que vous ne pouvez pas faire avec un téléviseur.

Bien qu’il puisse sembler évident que OnePlus publie un téléviseur, il est confirmé qu’il fonctionne sur « Android« , s’exécutera sur Android TV officiel. Les choses ne sont pas aussi simples que cela. OnePlus a fait un grand jeu pour l’unicité de son expérience télévisuelle et c’est quelque chose qui ne se prête généralement pas bien à Android TV. Android TV est très similaire à travers le tableau.

Au moins, au niveau des consommateurs. Les opérateurs et d’autres sociétés peuvent adopter et utilisent Android TV comme base pour leurs produits. Cela leur permet de personnaliser fortement l’expérience et à un point où elle n’est pas reconnaissable comme Android TV. Cependant, ce n’est généralement pas quelque chose que l’on voit chez les fabricants de téléviseurs. Les produits sur étagère ont tendance à arriver avec une apparence et une convivialité Android TV très cohérentes.

3

Top