Un autre lot d’applications malveillantes a été repéré, cette fois-ci, nous examinons 11 applications. Google les a supprimés tous les 11 du Play Store le 25 mars, mais ils sont apparemment de retour. Google en a en fait supprimé beaucoup plus, mais ces 11 sont de retour.

11 applications malveillantes ont réussi à accéder à 60 millions de personnes

Maintenant, Google affirme que ces 11 ont été vérifiés à nouveau, car ils ne sont plus invasifs. Néanmoins, vous voudrez peut-être vérifier si vous les avez toujours installés et les supprimer. En passant, les supprimer du Play Store ne signifie pas qu’ils sont supprimés de votre téléphone.

Ce lot a été découvert par une société appelée AppCensus. Ces 11 applications ont réussi à se frayer un chemin jusqu’à 60 millions de personnes, rapporte le Wall Street Journal.

Les applications en question sont répertoriées ci-dessous :

  • Radar radar
  • Al-Moazin Lite (Horaires de prière)
  • Souris Wi-Fi (télécommande PC)
  • QR & Barcode Scanner (développé par AppSource Hub)
  • Boussole Qibla – Ramadan 2022
  • Widget météo et horloge simple (développé par Difer)
  • Handcent Next SMS-Texte avec MMS
  • Kit intelligent 360
  • Al Quran MP3 – 50 récitants et traduction audio
  • Coran complet MP3 – Plus de 50 langues et audio de traduction
  • Audiosdroid Audio Studio DAW

Les liens directs vers ces applications ne sont pas fournis pour des raisons évidentes. Vous les reconnaîtrez facilement si vous les avez installés sur votre smartphone, bien sûr.

Ils ont été impliqués dans la collecte de données sensibles non autorisées

Alors, qu’ont fait les applications susmentionnées ? Eh bien, ils ne sont pas aussi malveillants que d’autres, mais ils ont collecté des données qu’ils n’étaient pas censés collecter.

Juste pour être clair, nous parlons ici de toutes sortes d’informations, y compris les adresses e-mail, les numéros de téléphone, les mots de passe et l’historique de localisation GPS précis. C’est vraiment sommaire, peu importe la façon dont vous le tournez.

Une société appelée « Measurement Systems » aurait payé beaucoup d’argent pour la collecte de données via ces applications, via un SDK tiers qui y a été intégré. La société a nié les allégations, mais il y a apparemment beaucoup de preuves qui pointent dans l’autre sens, dit Phone Arena.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici