La Commission irlandaise de protection des données (DPC) a infligé à WhatsApp une amende de 225 millions d’euros (266 millions de dollars). L’agence a déclaré que l’amende était due au défaut de l’entreprise de divulguer des informations sur son traitement des données personnelles. Il s’agit notamment de la première amende infligée à WhatsApp en vertu des lois réformées de l’Union européenne sur la protection des données.

Le DPC irlandais a déclaré avoir trouvé des irrégularités dans l’explication de WhatsApp concernant le traitement des données des utilisateurs et des non-utilisateurs. De plus, la DPC était également mécontente de la manière dont le partage de données s’est produit entre WhatsApp et d’autres entités détenues par Facebook.

WhatsApp a déclaré qu’il ferait appel des amendes, la qualifiant de « totalement disproportionnée »

«Nous ne sommes pas d’accord avec la décision d’aujourd’hui concernant la transparence que nous avons offerte aux gens en 2018 et les sanctions sont tout à fait disproportionnées. Nous ferons appel de cette décision », a déclaré un porte-parole de WhatsApp dans un communiqué.

Un panel des autorités de l’Union européenne en matière de données, connu sous le nom de Comité européen de la protection des données, a déclaré dans un communiqué qu’il demandait une amende plus élevée sur WhatsApp. Cela a conduit à l’amende de 225 millions d’euros infligée par le DPC en Irlande.

Bien que l’on ne sache pas ce qui pourrait se passer pendant l’appel, WhatsApp dispose désormais de 3 mois pour se conformer au règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE. En novembre 2020, WhatsApp a révélé dans un dossier réglementaire qu’il gardait 77,5 millions d’euros de côté pour payer les amendes dans le cadre des enquêtes en cours de la DPC irlandaise.

Comme indiqué par Bloomberg (via Android Central), Amazon a été condamné à une amende de 746 millions d’euros (887 millions de dollars) fin juillet. L’autorité de protection des données au Luxembourg (CNPD) a infligé des sanctions à Amazon pour violation du RGPD.

WhatsApp est soumis à de fortes pressions depuis qu’il a annoncé les changements de politique litigieux en janvier de cette année. Les régulateurs et les gardiens de la vie privée se méfient des changements recherchés par WhatsApp.

Suite aux critiques de tous les coins, WhatsApp a repoussé le changement de politique en mai. La nature des données collectées par WhatsApp figurait parmi les questions les plus controversées pour les régulateurs. De plus, des inquiétudes ont été exprimées quant à la manière dont le partage de données se produirait entre WhatsApp et Facebook.

Cette semaine encore, WhatsApp a annoncé que sa tristement célèbre politique de confidentialité sera facultative. Cependant, la société a inclus une mise en garde selon laquelle les utilisateurs devront accepter la politique s’ils souhaitent interagir avec un compte professionnel basé sur le cloud. Cela indique un certain assouplissement de la position de l’entreprise, surtout depuis l’annonce de la politique en janvier.

3

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici