Dans ce qui ne peut être décrit que comme un coup dur pour les fans de Xiaomi en Inde, le fournisseur chinois de smartphones aurait déclaré à BGR qu’il n’avait pas l’intention de vendre son phablet de milieu de gamme à succès Redmi Note 2 dans ce que la société appelle son deuxième maison – Inde. Selon le rapport publié par BGR, un porte-parole de Xiaomi a déclaré ceci lorsqu’il a été contacté par eux: « Nous évaluons continuellement de nouveaux produits qui peuvent être lancés en Inde. Mais, pour l’instant, nous n’avons pas l’intention de lancer Redmi Note 2 dans Inde ». Le porte-parole n’a cependant donné aucune raison précise pour cette décision. Des rapports récents ont indiqué que le Redmi Note 2 est déjà un smartphone très demandé en Chine, Xiaomi ayant révélé que la société avait vendu jusqu’à 800 000 de ces appareils dans les 12 heures suivant son lancement, ce qui est un nombre étonnant quelle que soit la manière on le regarde.

Android Headlines avait déjà rapporté que le Redmi Note 2 propulsé par MediaTek Helio X10, lancé en Chine la semaine dernière, ne verrait probablement jamais le jour en Inde en raison de litiges juridiques en cours avec Ericsson qui empêchent le fabricant de téléphones chinois de vendre Appareils équipés de MediaTek et Leadcore dans le troisième plus grand marché de smartphones au monde. Les spéculations en ligne, cependant, semblaient suggérer que la société avait un as dans sa manche sous la forme d’une version propulsée par Snapdragon 615 du smartphone, qu’elle était censée lancer dans le pays le 19 août, parallèlement à la révélation de la mondialisation MIUI 7 ROM dans la capitale nationale de New Delhi. Si toutefois le dernier rapport laisse à penser, le Redmi Note 2 n’atteindra probablement pas les côtes indiennes de sitôt.

En ce qui concerne les problèmes juridiques de Xiaomi en Inde, la société était à l’origine interdite de vendre tout smartphone dans le pays, conformément aux interdictions déjà en place sur les smartphones de la société dans des pays comme les États-Unis. Cependant, la Haute Cour de Delhi a finalement rendu une injonction autorisant l’entreprise à faire des affaires en Inde, mais uniquement avec des produits qui utilisent les processeurs du fabricant de puces américain Qualcomm plutôt que les fabricants de puces chinois MediaTek ou les propres puces Leadcore de Xiaomi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici