Le plus grand fabricant chinois de smartphones, Xiaomi, a annoncé son intention d’entrer sur le marché sud-américain avec une incursion proposée au Brésil dans les trois prochains mois. Ce sera le neuvième marché pour Xiaomi dans le monde et le premier en dehors de l’Asie continentale. Le Brésil sera un défi entièrement nouveau pour Xiaomi avec des dynamiques de marché différentes, mais la seule chose qui pourrait les remettre en question plus que toute autre chose est le régime fiscal excessivement élevé pour les produits importés. C’est pourquoi, Xiaomi dit qu’ils ont l’intention de fabriquer des appareils localement pour obtenir un avantage en termes de coûts. À cette fin, Xiaomi cherche déjà à travailler en étroite collaboration avec son partenaire Foxconn, qui exploite déjà des installations de fabrication dans le pays sud-américain. Le vice-président des opérations internationales de Xiaomi, M. Hugo Barra, est lui-même un ressortissant brésilien, ce qui pourrait aider l’OEM chinois à naviguer sur les terrains d’un marché hostile avec des politiques excessivement protectionnistes.

Au cours de l’année dernière, Xiaomi a cherché à déployer ses ailes en dehors de sa base d’origine, la Chine, avec des résultats assez impressionnants. En Inde en particulier, Xiaomi a déjà réussi à vendre plus d’un million de téléphones en seulement six mois d’activité, faisant de l’Inde le deuxième marché de Xiaomi après la Chine. Aux côtés de l’Inde, Xiaomi s’est également implantée à Taïwan, à Hong Kong, à Singapour, en Malaisie, en Indonésie et aux Philippines en 2014. Elle a également annoncé des plans ambitieux d’expansion en Turquie, en Russie et au Mexique. Xiaomi cherche également à s’implanter sur le marché américain lucratif, où ses smartphones ont été pratiquement fermés, grâce en grande partie à des réglementations strictes en matière de brevets. Cependant, plutôt que de rester bas et bouder, Xiaomi a déclaré plus tôt cette année qu’il ouvrirait une boutique en ligne aux États-Unis pour vendre sa gamme d’accessoires, notamment des vêtements intelligents, des banques d’alimentation et des écouteurs. Les célèbres smartphones de Xiaomi resteraient cependant hors de portée des consommateurs américains dans un avenir prévisible.

Il convient de rappeler qu’en décembre dernier, Xiaomi a reçu un financement de 1,1 milliard de dollars, qui évaluait la start-up de cinq ans à environ 45 milliards de dollars. La société devrait vendre entre 80 millions et 100 millions de smartphones cette année, selon les estimations des analystes, après en avoir vendu jusqu’à 61 millions l’an dernier, principalement en Chine.


Laisser un commentaire